Beni-Butembo : le « cri du cœur » des jeunes Nande de Kinshasa, une année après la disparition de deux prêtres catholiques



Réunis au sein d’une coordination, ces jeunes ressortissants de l’Est de la RDC fustigent l’impuissance de l’autorité publique à trouver les solutions à l’insécurité récurrente dans cette partie du pays.


Dans une lettre adressée à l’Evêque du diocèse de Butembo-Beni, Mgr. Melchisédech Sikuli Paluku, la Coordination de la Jeunesse Nande de Kinshasa (COJEUNAK) exprime toute sa tristesse une année après l’enlèvement des abbés Charles Kipasa et Jean-Pierre Akilimali de la paroisse Marie Reine des Anges de Bunyuka, au diocèse de Butembo-Beni.

Depuis, toute la communauté est restée sans nouvelle de ces prêtres.

Ces jeunes Nande habitant à Kinshasa prient Mgr. Sikulu de faire parvenir leur « cri du cœur » auprès des « décideurs de ce monde » pour que la province du Nord Kivu et les territoires de Beni et de Lubero retrouvent la paix tant souhaitée.

Pour ces jeunes, l’histoire récente de la RDC en général, et du Kivu en particulier, renseigne que « le déclenchement des crimes de masse a souvent été précédé par des actes de profanation ou d’intimidation des ministres sacrés et de l’élite du peuple ».

Ainsi, dénoncent-ils l’indifférence de l’autorité publique en ces termes : « Chez nous, les assassinats des pasteurs, leurs enlèvements, les massacres des populations sont devenus des faits divers qui n’émeuvent pas un seul instant nos dirigeants ! Quelle est la responsabilité de notre gouvernement et du chef de l’Etat dans les drames qui se produisent et qui n’arrêtent pas de se produire ? Le contrat social, sur la base des élections démocratiques, n’implique-t-il pas que le président de la République et les institutions républicaines, sont responsables de la sécurité des citoyens ? ».

Plusieurs prêtres ont été kidnappés, d’autres tués, dans l’Est du pays ces dernières années par des groupes armées.
Lettre COJEUNAK à Mgr Sikuli (Enregistré automat

bouclinfos.net

EDUCATION 16-Juillet-2018



patager l'information sur les réseaux sociaux avec vos proches


Commentaire(s):


Laisser un commentaire sur l'article

RDC : la gestion des écoles turques confiée officiellement à la Fondation Maarif

Les écoles internationales Safak, rebaptisées Maarif, poursuivent ainsi leurs activités avec de nouvelles stratégies plus bénéfiques au personnel congolais et aux parents d’élèves.


l'INFO EN BOUCLE

Appels d'offre