RDC: pour une meilleure adéquation entre la formation et l'emploi



La signature du partenariat entre les ministères en charge de l'éducation et les associations patronales rapproche de plus en plus le pays de cet objectif.


Le nouveau mode de gestion des établissements scolaires et d'enseignement supérieur se met petit à petit en place avec la signature jeudi 5 juillet 2018 de la convention de partenariat entre les ministères en charge de l'éducation et les associations patronales. Cadre choisi, l'hôtel Béatrice dans la commune de la Gombe. La convention signée côté Gouvernement par le ministre de l'Epsp Gaston Musemena Bongala, celui de l'Enseignement Supérieur et Universitaire, Steve Mbikayi et celui des Affaires Sociales Eugène Serufuli ainsi que celui de la Formation professionnelle, métiers et artisanat; et côté patronat par entre autres la FEC, l'ANEP et la COPEMECO, définit les conditions d'une collaboration efficace pour une meilleure adéquation entre la formation et l'emploi. Pour le ministre de l'Epsp, la convention poursuit entre autres missions de renforcer la coopération entre les établissements d'enseignement et les différents partenaires de l'économie nationale en vue d'une meilleure adéquation entre la formation dispensée et l'emploi et de créer un espace de dialogue entre ces ministères et le milieu socioprofessionnel.
Le principal leitmotiv est de promouvoir des liens de collaboration et de favoriser la professionnalisation de l'enseignement et de la formation pour améliorer l'employabilité des jeunes. Gaston Musemena Bongala ajoute que ces actions seront traduites à travers une élaboration concertée des curricula, l'implication des professionnels aguerris dans le processus de formation (enseignements et stages en entreprise) ainsi que dans les évaluations.
De son côté, le Représentant des associations patronales a appelé le gouvernement à tenir ses engagements pour une application effective de la convention. Car selon Dieudonné Kasembo, cet accord de partenariat n'est pas le premier du genre même s'il reconnaît par ailleurs que la nouvelle convention présente de nouveaux avantages dont un accord cadre unique pour l'ensemble du secteur de l'éducation, la mise en place d'un mécanisme de mise en oeuvre et de suivi évaluation, l'implication des entreprises dans le processus d'adéquation formation-emploi et la définition des mesures incitatives en faveur des entreprises partenaires. Le Représentant de la Banque Mondiale a réaffirmé le soutien de son institution à accompagner toutes les parties pour la matérialisation de cette convention qui met un accent sur l'emploi des jeunes. Pour Mathias Cinyabuguma, "Équiper les jeunes de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être qui stimulent l'innovation, renforcent les institutions et consolident la cohésion sociale constitue également une préoccupation du Groupe de la Banque mondiale dont la vision est de mettre fin à l'extrême pauvreté et de promouvoir une prospérité partagée".
La convention de partenariat entre les ministères en charge de l'éducation et les associations patronales fait partie des reformes prévues dans la stratégie sectorielle de l'éducation et de la formation.
Elle est exécutée dans le cadre du Projet d'éducation pour la qualité et la pertinence des enseignements aux niveaux secondaire et universitaire, PEQPESU, projet financé par la Banque mondiale à hauteur de 200 millions de dollars américains.


bouclinfos.net

EDUCATION 06-Juillet-2018



patager l'information sur les réseaux sociaux avec vos proches


Commentaire(s):


Laisser un commentaire sur l'article

RDC : la gestion des écoles turques confiée officiellement à la Fondation Maarif

Les écoles internationales Safak, rebaptisées Maarif, poursuivent ainsi leurs activités avec de nouvelles stratégies plus bénéfiques au personnel congolais et aux parents d’élèves.


l'INFO EN BOUCLE

Appels d'offre