aller en haut

A Dakar, le Partenariat mondial pour l’éducation récolte 2.3 milliards de dollars



Ce montant a été communiqué à la fin de la Conférence sur le financement du Partenariat mondial pour l’éducation, en présence du ministre congolais de l’EPSP, Gaston Musemena.


Dakar a abrité du 2 au 3 février dernier la troisième édition de la Conférence internationale sur le financement du Partenariat Mondial pour l’Education.

Ces assises ont été présidées par les Chefs d’Etat Macky Sall du Sénégal et Emmanuel Macron de la France en présence de plusieurs autres chefs d’Etat et de gouvernement. La RDC a été représentée dans la capitale sénégalaise par le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel Gaston Musemena Bongala.

Au terme des travaux, plus de 2 milliards 300 millions de dollars ont été récoltés sur les 3 milliards attendus.

65 pays en développement bénéficient de ce fonds. Le Royaume-Uni reste le principal contributeur, devant la Norvège, la Commission européenne et la France.

Paris a promis une enveloppe de 200 millions de dollars. Une façon pour le président français de tenir l’un des engagements de son discours prononcé à Ouagadougou : « Faire de l’éducation une priorité absolue ».

Ces promesses de dons permettront à des millions d’enfants d’aller à l’école.
Selon l’UNESCO, près de 260 millions d'enfants à travers le monde ne fréquentent pas l'école.
En ce qui concerne la RDC, le ministre de l’Epsp a souligné que l’éducation reste une priorité dans l’action du gouvernement. A ce titre, a fait savoir Gaston MusemenaBongala, le pays s’engage à maintenir d’ici 2020 à 2,5%, la part du BIP allouée au secteur de l’éducation et, au moins à 23,5%, le financement intérieur destiné à l’éducation, avec une allocation à l’enseignement de base d’au moins 54% des dépenses courantes.

En RDC, le Partenariat Mondial pour l’Education finance le projet d’amélioration de la qualité de l’éducation à hauteur de 100 millions de dollars.

bouclinfos.net

EDUCATION 05-Février-2018


Commentaire(s):


Laisser un commentaire sur l'article

Machine à voter : les évêques exigent une certification nationale et internationale

Pour les prélats catholiques, ce projet de la Commission électorale nationale indépendante augure la contestation des résultats des élections du fait qu’il ne fait pas l’unanimité de la classe politique.



Merci de patager cette page sur les réseaux sociaux car cela aidera les autres à être informer.