aller en haut

dernière

Les évêques déconseillent un discours sur un nouveau mandat de Joseph Kabila

RDC : Joseph Kabila se défoule devant la presse



Le chef de l’Etat congolais s’est livré, vendredi 26 janvier, à un exercice inhabituel qu’il n’a pas fait depuis 7 ans : s’exprimer face aux journalistes.


Eglise catholique, marche réprimée, élections, décrispation politique, mandat de la Monusco, sécurité dans l’Est du pays, relation diplomatique avec la Belgique … Le chef de l’Etat congolais a profité du 17e anniversaire depuis son accession au pouvoir pour décortiquer l’actualité.

Pour Joseph Kabila, l’église catholique mélange dangereusement la politique et l’évangile pour un résultat, selon lui, « négatif ».

« Rendons à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu », a lâché celui qui n’a pas condamné clairement la répression sanglante des marches des catholiques du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018.

Au sujet des élections, JKK a, à chaque fois, renvoyé ses interlocuteurs à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) qui a publié un calendrier qui prévoit la présidentielle combinée aux législatives nationales et provinciales le 23 décembre 2018. Il a ainsi précisé que dans ce calendrier, il n’est pas prévu l’organisation d’un référendum.

Il a, une fois de plus, botté en touche à la question de savoir s'il sera candidat aux prochaines élections, demandant à ses collaborateurs de remettre une copie de la Constitution à l'auteure de la question.

De même, il a renvoyé la balle au Conseil national de suivi de l’accord (CNSA) en ce qui concerne le dossier « décrispation politique ».

Joseph Kabila a renouvelé son désir de voir la Mission des Nations unies pour la stabilisation en RDC (Monusco) faire ses valises, 20 ans après sa présence, refusant de donner l’impression que la RDC est « sous tutelle » des Nations-unies.

A l’en croire, la Monusco n’a neutralisé aucun groupe armée depuis qu’elle est en RDC.
Au sujet de la sécurité dans l’Est du pays, il a loué les efforts des FARDC qui, rappelle-t-il, sont en pleine opération de neutralisation des Adf, qu’il qualifie de « groupe terroriste » composé des ressortissants de plusieurs pays africains.

La réplique du gouvernement congolais qui a appelé à la fermeture de la Maison Schengen et de la fin des activités de l’agence belge de coopération, suite à la décision du gouvernement belge de suspendre son aide humanitaire de 25 millions de dollars entre, selon lui, dans le cadre du principe diplomatique de réciprocité.

« On a été gentils avec la Belgique », a laissé entendre le chef de l’Etat congolais.
Joseph Kabila a promis de s’exprimer encore dans deux mois devant la presse. Sa dernière conférence de presse remonte à 2011.

bouclinfos.net

POLITIQUE 26-Janvier-2018


patager l'information sur les réseaux sociaux avec vos proches


Commentaire(s):


Laisser un commentaire sur l'article

Les évêques déconseillent un discours sur un nouveau mandat de Joseph Kabila

Dans un communiqué lu ce jeudi par Donatien N'shole, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) prévient contre les risques de l'embrasement du pays et de la région.